Dons ISF 2011 : la bataille finale se joue sur internet !

Le 30 septembre prochain, le paiement de l’ISF sera clos. Autant vous dire, pour l’avoir vécu à la Fondation d’Auteuil, que les services ou les prestataires chargés de réceptionner les chèques de dons ISF (90 % des modes de paiment) et d’établir les reçus sont en ébullition !
Appels téléphoniques de donateurs angoissés n’ayant pas encore réceptionnés leurs reçus, fausses adresses, demandes surprenantes, « puis-je payer mon ISF avec un tableau ? », sont légions.
Mais, ces situations ne sont réservées qu’aux fondations. Et seulement aux plus importantes.

La bataille finale du don ISF se joue sur internet. Si les « donateurs potentiels » ont été abreuvés de courriers et de mails depuis des mois, d’articles bien négociés dans la presse, le réflexe « final » d’information passe souvent sur la toile, y compris désormais chez les plus âgés.

Sachant que la plupart des internautes ne dépassent pas la lecture de la première page de résultats liés à leur recherche, il est impératif pour les causes d’y figurer, et les « hauts de pages » sont décisifs. Le premier gagnant de l’affaire est donc Google qui commercialise les espaces publicitaires « au clic » (en haut et sur le coté) et « mots-clés » via Adwords.
« ISF », « ISF don » au singulier ou au pluriel, « ISF fondation », « déductibilité ISF », « dons ISF solidaires »… sont autant de mots-clés qui ont été, comme les autres, mis aux « enchères » par Adwords pour des périodes précises. Les plus habitués ont engagé cette démarche dès l’année dernière et payés leurs « places » moins chères. Ils figurent désormais dans les premiers de la liste (le système est un peu plus compliqué avec des options). 
Ne vous étonnez pas non plus de voir aussi tant de blogs en premières pages. Leur « référencement naturel » sur la liste, parfois appuyé par des mots clés, est plus rapide car l’information change plus souvent que sur les sites classiques. C’est la raison pour laquelle, ce petit blog est parfois bien « placé » en utilisant les termes associés à « ISF ».

De fait, ce sont seulement les plus grandes causes qui ont les moyens et de bons conseils pour être bien placées : Fondation d’Auteuil, Fondation de France, FRM, Petits Frères et quelques autres. Les mêmes qui considèrent tout de même aussi les donateurs ISF comme un « segment » de marché avec une offre et surtout une information spécifique.

Avec 120 millions d’euros collectés en 2010, pour deux tiers par les plus grandes fondations (sans doute moins cette année) l’enjeu est important. Pour vous rendre compte de l’effet de la « bataille », tapez les mots-clés à des horaires différents et observez les différences de classements et de messages.

Mais ne nous trompons pas, l’enjeu de cette « bataille » n’est pas (encore) la collecte directe via internet mais sur une communication dopant les solutions dons sous toutes les formes. Le courrier avec bulletin de don, soigneusement rangé dans le dossier « impôt » depuis des mois, reste incontournable !

Stéphane Godlewski

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *