L’Espagne souhaite doper son mécénat pour sauver sa Culture

L’Espagne s’apprête, à l’inverse de la France, à revoir à la hausse sa politique fiscale sur le mécénat culturel. Un projet d’augmentation spectaculaire des avantages aux entreprises, mais aussi aux particuliers, devrait être prochainement adopté, faisant passer les déductions, actuellement de 35 % pour les entreprises et 25 % pour les particuliers, à 60 % sur le modèle français. 

Cette réforme est toutefois en demie teinte car elle croise une poursuite du désengagement accéléré de l’Etat et des collectivités. Le secrétaire d’État à la Culture, José María Lassalle, a annoncé lors de sa prise de fonction le 27 décembre dernier : « nous ne voulons pas en finir avec les subventions allouées à la culture, mais il s’agit d’en finir avec une culture de la subvention ».
Cette nouvelle Ley de Mecenazgo permettrait, sur le principe, de maintenir l’activité culturelle malgré les diminutions du budget public. Mais, les chiffres sont vertigineux, et la dépression a commencé à gagner l’ensemble des milieux artistiques en Espagne. Les budgets pour 2012 rendus publics par le gouvernement espagnol au début du mois d’avril font état d’une réalité implacable : l’effondrement du budget de la culture dans le cadre du plus grand plan de rigueur que l’Espagne ait connu depuis l’avènement de la démocratie. Quelques exemples : le budget du Fondo de protección a la cinematografía (le Fonds national de Protection de la Cinématographie qui attribue les aides à la production) passe de 76 millions d’euros en 2011 à 49 millions en 2012, les subventions publiques au musée national du Prado, fleuron du tourisme culturel de la capitale, baissent de 5 millions d’euros soit 24% du budget de l’année passée, le musée national Centro de Arte Reina Sofia perd 14% de sa subvention publique, le Circulo de Bellas Artes de Madrid plus de 30%, et le Grand Théâtre du Liceu de Barcelone a évité de justesse un plan social visant à fermer l’institution pendant deux mois afin d’en assainir les finances.
Les réseaux internationaux de coopération culturelle ne sont pas en reste. Dépendante du ministère des Affaires étrangères – qui perd plus d’un milliard d’euros de ressources en 2012 -, l’agence espagnole de coopération internationale pour le développement (Agencia Española de Cooperación Internacional para el Desarrollo, AECID) perd près de 50% de son budget. Une diminution colossale quand l’on sait que de l’AECID dépend l’ensemble des Centros Culturales de España (Centres Culturels d’Espagne), relais puissants de la culture espagnole dans le monde entier, et atout de poids dans les relations ibéro-américaines.
Le Directeur du Musée du Prado, Miguel Zugara, estime toutefois qu’« à un moment où les administrations publiques sont moins aptes à contribuer, il est important de récompenser comme il se doit le soutien de la sphère privée à la Culture ». Mais quelles seront les institutions culturelles capables de compenser la perte de la subvention publique de plusieurs millions d´euros par l’augmentation des recettes propres, c’est-à-dire par la hausse des recettes de billetterie et le soutien financier de grandes entreprises comme vient justement de le faire pour 2012 le très célèbre musée national du Prado ?

La situation actuelle fait ainsi peser une menace directe sur l’emploi culturel et les retombées économiques de la culture en général dans le pays. Le gouvernement espagnol ne pourra pas faire l’économie d’une réflexion profonde sur le rayonnement international de sa culture et sur les moyens de développement du tourisme culturel international dans la péninsule ibérique. Pour que Barcelone reste aussi attrayante, elle doit maintenir sa vie culturelle sans décourager les touristes par des tarifs prohibitifs et par une offre seulement limitée à ces grands musées… Ce sont là les deux faces d’un même problème et l’avenir de l’un des piliers de la culture européenne. 

Un débat qui nous rappelle celui sur l’intérêt général évoqué lors du dernier séminaire du CFF (cf. article du 6 juin sur ce blog).  Quant à la réforme fiscale du mécénat français, rien n’est joué, dans les deux sens. Ce sera l’un des grands sujets de rentrée… que je vous souhaite excellente !

Stéphane Godlewski

Sources : 
– EL PAIS : http://cultura.elpais.com/cultura/2012/05/14/actualidad/1337022540_595276.html
– HUFFIGPOST : http://www.huffingtonpost.fr/joachim-pflieger/espagne-la-culture-reduit_b_1437492.html?view=print
– Article du 6 juin sur ce blog http://sg-consultant.blogspot.fr/2012/06/pour-le-centre-des-fondations-linteret.html 














Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *