Enquête FIDAL : plus de 800 nouvelles fondations créées en 2015 !

Enquête FIDAL : plus de 800 nouvelles fondations créées en 2015 !

Selon la projection réalisée par FIDAL « Fondations, Mécénat & Entreprises » au regard des publications au J.O, environ 800 fondations ont été créées en 2015. Cette progression   porte à près de  5000 le nombre de fondations en France (+ 21 % environ entre un an). Un record associant les entreprises, les OSBL, l’enseignement supérieur mais aussi les collectivités locales face à la baisse des budgets publics.

Cette progression est très largement dû au développement des fonds de dotation (37 % d’augmentation en 2015). Cette structure juridique simple et souple dans sa gestion est désormais plébiscité par tous les acteurs du mécénat y compris par les entreprises. On compterait ainsi environ 300 à 350 « fonds d’entreprises » en France. L’obligation de dotation de 15.000 € depuis la fin 2014, attendue comme un ralentisseur, ne semble pas avoir eu beaucoup effet. Les chiffres 2016 le confirmeront certainement.

Cet intérêt croissant des entreprises pour les fonds de dotation contraste avec la stagnation du nombre de fondations d’entreprises (+ 5% de progression en 2015). L’importante de l’engagement nécessaire (150.000 € sur 5 ans au minimum), quasiment interdit aux PME, et l’impossibilité de faire appel à des dons extérieurs réduisent l’intérêt du titre prestigieux de « fondation « . Ce type de fondation est de moins en moins adaptée à des projets impulsés par une ou plusieurs entreprises et faisant appel, par ailleurs, à d’autres types de soutiens privés, voire publics.

Les « fondations abritées » représentent un peu plus du quart des fondations françaises avec une progression de 12 % en 2015. La relative stabilité de ce type de fondation est essentiellement liée à la simplicité de gestion, déléguée aux « fondations abritantes ». Elle est aussi associée à la capacité de cette fondation à percevoir des fonds en particulier de l’ISF, interdit aux fonds de dotation comme aux fondations d’entreprises. Mais, ces avantages présentent des revers ; l’importance fréquente des engagements nécessaires, le coût des frais de gestion et surtout une autonomie limitée du fondateur dans la gouvernance de sa fondation abritée.

Statistique fondations - FIDAL 2015 (2) (2)Les Fondations reconnues d’utilité publique, structures historiques ne progressent plus en France (1% en 2015). L’importance de la dotation, la complexité de montage et la limitation des pouvoirs du fondateur dans la gouvernance en sont les principales explications. Mais la FRUP demeurent la forme la plus prestigieuse de toutes les fondations et constitue souvent une institutionnalisation pour les grandes causes et pour les plus grands engagements philanthropiques.

Quant aux fondations spécialisées, elles progressent mais ne décollent pas. Les fondations universitaires sont même en recul faute de ressources. Toutefois, les fondations partenariales continuent de progresser (+ 21 %) en proposant une solution de rapprochement intéressante entre les entreprises et le monde universitaire ou scientifique. Quant aux récentes « fondations hospitalières », elles semblent restées dans les cartons…

Ce bilan est donc très positif. La fondation, sous toute ses formes, est en plein expansion en France malgré la crise. Cette bonne nouvelle marque une évolution des esprits et confirme la place incontournable de la fondation, largement constatée à l’étranger, dans le monde du mécénat et de la philanthropie.

Stéphane Godlewski

Conseil en stratégie de mécénat chez FIDAL

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *